A+ A A-

Où donc est née la Vierge Marie ?

 Où donc est née la Vierge Marie ? 

La fête de la Nativité de Marie est l'une des vingt fêtes mariales du calendrier liturgique catholique. Elle a été fixée au 8 septembre, aussi bien dans les Églises orientales qu'occidentales.

Le Nouveau Testament ne dit rien du lieu ni de la date, ni des conditions de naissance de la mère de Jésus. Il ne dit rien, non plus, sur les parents de Marie, sur leurs noms et sur leur statut social. Curieusement, c'est un écrit apocryphe du IIème siècle, rejeté du canon des Écritures par l'Église : le Protévangile de Jacques, qui a servi de base à la construction d'une histoire de la Vierge Marie et qui a conduit à l'institution de cette fête. Selon ce texte, les parents de Marie s'appelaient Joachim et Anne. Anne était stérile, et Joachim en était très affligé. Il se retira quarante jours au désert pour prier et jeûner. Un ange vint alors annoncer, à Anne d'abord, à Joachim ensuite, qu'ils auraient un enfant. D'autres apocryphes (dont l'Évangile de la nativité de Marie) affirment que Joachim et Anne étaient tous les deux de la tribu de Juda et, surtout, de la descendance du roi David.

 

Dès les débuts de l'histoire du christianisme, des versions multiples ont circulé sur la cité natale de la Vierge Marie : Nazareth, bien entendu, mais aussi Bethléem, Jérusalem... Étonnamment, des versions différentes existent aussi sur le lieu de sa mort : Jérusalem ou Éphèse ? Pour les évangélistes, cela n'avait pas d'importance. Ce qui comptait, c'était la certitude que Dieu avait choisi une jeune femme lumineuse pour être la mère de son Fils, et que celle-ci a été successivement mère et disciple de Jésus, l'accompagnant de son amour du premier au dernier jour.

Christian Delorme

Marie, « La Reine de Toute la Création »

Marie, la Mère qui a pris soin de Jésus, prend soin désormais de ce monde blessé, avec affection et douleur maternelles. Comme, le cœur transpercé, elle a pleuré la mort de Jésus, maintenant elle compatit à la souffrance des pauvres crucifiés et des créatures de ce monde saccagées par le pouvoir humain. Totalement transfigurée, elle vit avec Jésus, et toutes les créatures chantent sa beauté. Elle est la Femme « enveloppée de soleil, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête » (Ap 12, 1).

Élevée au ciel, elle est Mère et Reine de toute la création. Dans son corps glorifié, avec le Christ ressuscité, une partie de la création a atteint toute la plénitude de sa propre beauté. Non seulement elle garde dans son cœur toute la vie de Jésus qu'elle conservait fidèlement (cf. Luc 2, 51), mais elle comprend aussi maintenant le sens de toutes choses. C’est pourquoi, nous pouvons lui demander de nous aider à regarder ce monde avec des yeux plus avisés.

Extrait de l'encyclique LAUDATO SI’ du Pape François