A+ A A-

Soirée Chrétiens d'Orient, à la salle paroissiale rue Guyot, lundi 14 mars

Retour sur… La soirée a commencé par une description très instructive de la «mosaïque des Églises d'Orient», avec de nombreuses informations et précisions données par le Père Christian Delorme. 

Elle s'est poursuivie par le témoignage de Nabil, égyptien et copte, père de trois enfants, avocat de profession (actuellement sans travail), installé en France depuis plusieurs mois et arrivé tout récemment à Lyon avec sa famille, logé par Habitat et Humanisme grâce à l'intervention du Père Bernard Devert. 

 Après une brève introduction motivant sa visite et son témoignage, Nabil a exposé les principales raisons qui l'ont amené, ainsi que sa famille, à quitter l'Égypte. Il a déroulé tout son cheminement, parsemé de nombreuses épreuves et difficultés, qui l'a conduit en l'espace de cinq années jusqu'en France, d'abord seul, puis avec sa famille. 

« Grâce à Dieu ! » furent ses tous premiers mots accompagnés de quelques larmes à peine retenues lorsqu'il a commencé à exposer son parcours. Après une vie déjà bien entamée et passée sans problème dans un quartier favorisé du Caire où vivaient une majorité de chrétiens coptes entourés de musulmans modérés, les pressions ont commencé et n'ont plus cessé au cours de ces dernières années, jusqu'à rendre la situation insupportable.

 

« Ne croyez pas que c'est d'argent dont les réfugiés ont besoin, ni même de compassion, mais de votre accueil, de votre ouverture de cœur et de votre aide morale, par votre présence ». « L'argent est secondaire, bien qu'il soit nécessaire lorsque les besoins matériels se font sentir afin de pouvoir vivre jusqu'à ce qu'ils puissent subvenir à leurs propres besoins ». « Avant toute chose manifestez-leur de l'amitié, votre amitié ».  «Tant de choses simples et autant d'occasions sont possibles pour les rencontrer et aider : apprentissage de la langue française, participation à des activités, sorties ».  «Surtout, n'hésitez-pas à faire appel à leurs services pour de menus travaux et partages ».

Ces messages, il semblait tellement vouloir nous les faire connaître...

 

Messages forts en effet, qui vont droit à l'encontre des a priori et préjugés trop souvent entendus et même d'une certaine bonne conscience : les besoins primordiaux des réfugiés ne seraient donc pas ceux auxquels nous pensons habituellement ?

 

« Grâce à Dieu ! » fut son leitmotiv en poursuivant son exposé et en nous révélant les nombreuses difficultés rencontrées par sa famille, traversées selon lui « grâce à autant de petits miracles » ! Jusqu'à leur ancrage, enfin, tout récemment à Lyon, non seulement par l'intégration dans un logement adapté mais aussi par la scolarisation de leurs trois enfants chez les Maristes. La soirée s'est terminée sur cette note d'espérance et la prière commune du Notre Père en copte et français. 

Henri Roth