A+ A A-

Icônographie de St Côme et Saint Damien

Quelques représentations de Saint Côme et de Saint Damien

statues de Saint Côme et Saint Damien à Caluire et CuireCette collection de représentations des Saint Côme et Saint Damien n'a aucune prétention d'exhaustivité.
Elle est seulement une collecte aléatoire de diverses réalisations, certaines très anciennes, faites au cours de voyages, de rencontres, d'envoies d'amicaux correspondants du Curé.

Robert Côte †, Curé fondateur de la paroisse Saint Côme - Saint Damien.

Rétable de l'église St Côme et Damien de Caluire

Jésus en train de guérir l'aveugle né (Jean I,9)

L'écran dans lequel reposent les diverse icônes est l'oeuvre d'un paroissien : M. Jacques Tollet. Les icônes sont une oeuvre originale de Mme Régine Dewerdt, professeur de l'école Saint-Basile.
Le tableau central représente le Miracle.Tout autour de cette scène, en médaillon, sont peints les visages de seize saints et saintes qui ont compté dans l'histoire des soins aux malades. Cette oeuvre est exécutée selon les règles très strictes de la tradition orientale, mais les saints récents sont respectés dans leur modernité.

Rétable de l'église St Côme et Damien de CaluireRétable de l'église St Côme et Damien de Caluire

Détail des bandeaux

Bandeau supérieur :

Ste Odile, St Antoine Marie Zaccaria, St Pantaléon, Ste Catherine de Suède, St Cézaire de Naziance Bandeau inférieur: St Vinvent de Paul, St Luc, Icone de la Mère de Dieu, St Ludovico Necchi, Ste Hildegarde de Bingen Bandeau latéral gauche: St. Camille de Lellis, St Côme, Ste Apolline, Bandeau latéral droit:: St Jean de Dieu, St Damien, St Joseph Ma-T'Tienn-Chounn.

  • Odile : Abbesse de Hohenburg (VIIème s.). Selon un document écrit avant 950, Odile, fille d'un comte, naquit aveugle : son père voulut la tuer. Mais la mère la confia à une domestique, qui la nourrit durant un an, puis la porta au couvent de Palma : un évêque bavarois y baptisa l'enfant, qui recouvra la vue. Par la suite Odile gouverna le monastère fondé par son père sur le Hohenburg (Mont Sainte Odile) en Alsace, puis elle fonda à mi-pente celui de Niedermuster, plus accessible. Nonobstant le caractère légendaire de nombre de détails tirés de cette Vie, d'ailleurs émouvants, le culte de sainte Odile devint rapidement populaire, et elle est invoquée comme protectrice des aveugles et mal-voyant. Le Mont-Sainte-Odile reste un des hauts lieux de l'Alsace. Fête locale le 13 décembre.
  • Antoine-Marie Zaccaria : Il est né en 1502. Il étudia la médecine à Padoue. Bien vite il voulut autant soigner les corps que les âmes. Aussi, tout en continuant à donner des soins, il demanda le sacerdoce et fut ordonné prêtre en 1528, à l'age de vingt six ans. En 1530, il fonda, avec deux amis, la Congrégation des Bernadites, destinée à enseigner la religion. Voyant sa fin prochaine, il dit à sa mère en larmes : "Ah ! douce mère, ne pleurez pas ! Bientôt vous jouirez avec moi de cette gloire éternelle où j'espère entrer maintenant" Il est mort en 1539, à l'age de 36 ans. Fête le 5 juillet.
  • Pantaléon : Martyr du début du IVème siècle. Il aurait vécu en Bithynie et aurait été médecin. En grec, son nom signifie "plein de compassion pour tous". Les faits fabuleux que l'hagiographie lui attribue, font que sa légende ressemble fort à celle des saints Côme et Damien qui vécurent sensiblement à la même époque. Fête le 27 juillet.
  • Catherine de Suède : Elle est née en 1331 et fut la quatrième enfant de Sainte Brigitte. Elle épousa le comte Edgar, avec lequel elle vécut dans la continence et la ferveur religieuse. Une fois veuve, elle se retira à Rome auprès de sa mère et l'accompagna dans un pèlerinage à Jérusalem. Après la mort de sa mère elle regagna la Suède, devant abbesse du monastère de Valsténa où elle mourut en 1381. Elle est la patronne des sages-femmes. Fête le 24 mars.
  • Césair de Naziance : Il était le frère de Saint-Grégoire. Il fut médecin à la cour de Byzance, au temps de l'empereur Julien l'apostat. Celui-ci essaya en vain de le convertir au paganisme. Césair demeura presque toute sa vie catéchumène et il ne fut baptisé qu'après avoir échappé à la mort, lors d'un tremblement de terre à Nicée. Il est mort en 369 ; Fête le 25 février.

Bandeau inférieur :

  • Vincent de Paul : Il est né à Dax en 1581. Il fut ordonné prêtre à l'age de 20 ans. Il créa des œuvres de charité en faveur des enfants orphelins et abandonnés, d'autres pour s'occuper des aveugles, des prostituées et des pauvres. Il fonda un institut religieux (les Lazaristes) et organisa la Congrégation des Filles de la Charité. Il est mort en 1660. Fête le 27 septembre.
  • Saint Luc : Il est l'auteur du troisième évangile et des Actes des Apôtres. Il fut le collaborateur de St Paul. A la fin de l'épître aux Colossal, Paul ajoute : "Luc, le médecin bien aimé, vous salue". (4,14). Une tradition tardive a fait de lui un peintre. On l'a représenté en train de peindre une icône de la Vierge. Fête le 18 octobre.
  • l'icône de la Mère de Dieu : Marie a été toute entière - et toute sa vie - vouée au dessein du salut en Jésus-Christ. A ce titre elle a occupé, au milieu des saints, une place suréminente. Malades et pécheurs ont toujours eu recours à son intercession. C'est pourquoi elle est là, bien en place, associée au mystère de Jésus, salut des malades. Depuis des siècles malades et souffrants la prient : "Sainte Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort".
  • Ludovico Necchi : Il naquit à Milan le 19 novembre 1876, de parents incroyants. Elevé dans l'indifférence religieuse, il se convertit à la suite d'une conversation avec le Père Guido MATTIUSSI. En 1896 il s'inscrit à la faculté de médecine de Pavie. Tout en poursuivant ses études, il milita très activement pour promouvoir la pensée sociale de l'Église (Rerum novarum). En 1905, il épousa victoria DELA SILVA. Ils eurent trois enfants. A partir de 1923 il axa ses recherches de médecin sur les maladies nerveuses, étant lui-même un grand inquiet. Il fut un des fondateurs de l'université Catholique de Milan dont il occupa la chaire de Biologie. Il mourut le 10 janvier 1930 et fut canonisé en 1952. L'existence de saint prouve que névrose et sainteté ne sont pas contradictoires !
  • Hildegrade de Bingen : Elle est née en 1098 à Bockelheim, en Rhénanie. A huit ans elle rejoignit le monastère des bénédictines de Diessemberg. Elle y apprit à lire, le latin, des notions de médecine et d'histoire naturelle. A 15 ans elle fit ses premiers voeux. A 38 ans elle fut nommée abbesse du monastère. Sa vie devint alors stupéfiante. Elle s'intéressa à tout ! Elle se révéla tout à tour poète, médecin, politique, prophétesse, musicienne ! Grande mystique, elle fut gratifiée de visions et dicta de nombreux ouvrages de théologie. Elle fut en relation avec les papes et les nombreux princes et évêques de son temps. Son rayonnement s'étendit sur tout le nord de l'Europe. Elle mourut le 17 septembre 1179. On garde d'elle des manuscrits de médecine dont l'un sur "la médecine des pierres précieuses" et un autre sur "les cause et le traitement des maladies" Fête le 17 septembre.

Bandeau vertical gauche (3 saints centraux) :

  • Camille de Lellis : Né en 1550, Un colosse de deux mètres de haut ! Jusqu'à vingt cinq ans, il mena une vie dissolue. C?est alors qu'il contracte un mal de jambe qui ne guérira jamais. Infirme, il se fit infirmier dans un hôpital de Rome. Mais à cause de sa vie déréglée, il en fut rejeté. Il tente alors la carrière des armes. Repris par le jeu, il devient mendiant ! En 1575, à la suite d'une conversation avec un vieux religieux, il se convertit. Il retrouve une place d'infirmier. L'horrible sort des malades dans les hôpitaux le bouleverse. Il fonde alors une congrégation (les Camilliens) pour leur assurer des soins convenables. Il donne l'exemple en "voyant dans ces pauvres le Christ souffrant". Fête le 14 juillet.
  • Damien, le pharmacien : Voir les pages Histoire du site.
  • Apolline : Une martyre d'Alexandrie, morte en 249. On ne sait pratiquement rien d'elle. Voici ce qu'écrit à son sujet Denys d'Alexandrie : "Les persécuteurs se saisirent d'Apolline, Ils lui firent tomber toutes les dents en lui frappant la mâchoire. Puis ils la menacèrent de la jeter vivante sur un bucher si elle ne renonçait pas à sa foi. Elle refusa et s'élança d'elle-même dans le feu". Elle devint la patronne des dentistes. Fête le 9 février.

Bandeau vertical droit (3 saints centraux) :

  • Jean de Dieu : Né en 1495, à Montémoro au Portugal. Il fut successivement berger, intendant d'esclaves au Maroc, soldat, mendiant, vendeur de livres religieux à Gibraltar ! Il se convertit à la suite d'un sermon de Sain-Jean d'Avila. Son extrême ferveur religieuse le fait prendre pour un fou ! En 1540 il se fixa à Grenade où il fonda un hôpital. Celui-ci serait à la base de l'ordre des frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Il fut choisi comme patron des malades et des hôpitaux. Mort en 1550. Fête le 8 mars.
  • Côme, le médecin : Voir les pages Histoire du site.
  • Joseph Ma-T'ienn-Chounn : En 1898, l'impératrice de Chine, TSEU-HI, débordée par les désordre de l-empire, fit appel à une association de bandits, les Boxeurs, pour redresser la situation. Ceux déclenchèrent une vraie guerre civile, avec pillages, incendies et meurtres. Les chrétiens furent out particulièrement visés par ces bandits ;Après l'assassinat de plusieurs d'entre eux, beaucoup se réfugièrent dan le village fortifié de Tchou-Kia-Ho . Bientôt ils s'y retrouvèrent plus de trois mille. Le 20 juillet 1900, le village fut pris d'assaut. Ce fut le massacre. Le procès de canonisation, à partir des témoignages recueillis, ne put retenir que 55 noms. Parmi eux Joseph, qui était médecin et catéchiste. Arrêté, menacé, il répondit au juge : "Il n'est pas question pour moi de renoncer à ma religion. Je crois en Dieu. Tuez moi si vous le voulez ! Pour Dieu je mourrai volontiers !"