Ils ont rejoint la maison du Père

En Décembre 2020

jeudi 3 décembre              Claude NAVARRO        84 ans      EHPAD Résidence Louis Pradel 146 bd Croix-Rousse Lyon 1er

vendredi 4 décembre        Christian CHATAIN               73 ans 8 rue Léo Delibes Fontaines s/S

mercredi 30 décembre      Madeleine BERTAGNOLIO  96 ans Résidence Les Canuts Lyon 4ème

En Novembre 2020

vendredi 6 novembre       Suzanne BAUMONT               93 ans         Cailloux /Fontaines

vendredi 6 novembre       Renée GRAVILLON                91 ans         EHPAD St François d’Assise

samedi 7 novembre         André MANJOT                       94 ans         602 avenue du 8 mai

mercredi 11 novembre     Nérée GOLLION                      96 ans         Châtillon s/Chalaronne

jeudi 12 novembre           Dominique VUAILLAT            91 ans       55 rue Pierre Brunier ( oncle de Monique DENIS)

vendredi 13 novembre     Madeleine ROSSET                99 ans         19 rue Roussy Lyon 4ème

samedi 14 novembre       Marie-Thérèse BOURGEOIS  72 ans         37 montée des Forts

En Octobre 2020

vendredi 2 octobre        Louis VIDAL                        90 ans         1, impasse Tarentaise

lundi 5 octobre               Jacqueline MORIN             95 ans         32 rue Nuzilly

mercredi 14 octobre      Marie-Joseph FOURNIER  94 ans         21 C rue Pierre Brunier

mercredi 21 octobre      Gérard TROLLIET              87 ans         8 C rue Claude Baudrand

mercredi 28 octobre      Marinette MIGUET              95 ans         1, av. Leclerc Rillieux

vendredi 30 octobre      Maurice FRITSCH              95 ans         48 rue Pierre Brunier

mardi 27 octobre           Robert BOUCLON             85 ans          3 chemin Petit – Le Manoir

vendredi 30 octobre      Jean-Claude KABANDA  52 ans          Lyon 2ème

En Septembre 2020

samedi 5 septembre         Christine VOLA                    79 ans             La Duchère 69009 Lyon

mardi 29 septembre         Roger BOUCHAND              86 ans             16 rue Guyot

mardi 29 septembre         René DUBOIS                      92 ans             EHPAD Le Manoir

En Août 2020

samedi 4 juillet                 Paule LACOUR                    97 ans            27 rue F. Peissel Caluire

mercredi 15 juillet             Martial ROBIN                                               38 rue Coste Caluire

samedi 18 juillet               Arlette MILON                       90 ans            12 rue de Cuire Lyon 4ème  

mercredi 29 juillet             Simone CATHERIN           100 ans            45 rue Pierre Brunier Caluire

jeudi 13 août                     Marcel MAILLEZ                   87 ans            15 rue F. Mistral Caluire

mardi 18 août                   Hélène SYLVESTRE            83 ans            Les Hespérides Lyon 6ème

lundi 31 août                     Jean-François ASTIER        62 ans            5 rue E. Branly Caluire

samedi 18 juillet               Josette FAYSSE                   87 ans            EHPAD Le Manoir Caluire

En Juin 2020

Lucienne DESVIGNES     93 ans            EHPAD Le Manoir

  • - Françoise VOYLE              77 ans            10 rue V. Couturier  Lyon 4ème
  • Irène LEROY                       95 ans            EHPAD La Rochette

    Renée DUMOUX                99 ans            59 rue Pierre Brunier

    Liliane BLANC                   86 ans            21 rue Pierre Brunier

    Monique BESSON             70 ans            34 rue Nuzilly

En Mai 2020

- Kristoffer BLOM 30 ans le Mardi 26 mai 

- Dominique DUTREVE 75 ans EHPAD Korian Pollionnay le Samedi 30 mai

  • - Marie-Hélène DUBOST  le samedi 2 mai
  • En Avril 2020
  • Marie VANDROZ née PERROTIN, le mardi 21 avril à Albigny-sur-Saône

En Février 2020

- Yéléna YODE                              26 ans                 Vénissieux

En Janvier 2020

  • - Roger PRIN                                96 ans            57 rue Pierre Brunier
  • - Roger LATREILLE                   85 ans            19 bis rue Pierre Brunier             
  • - Maurice GABRIEL                   93 ans            49 rue Pasteur
  • - Marie GUILLOT                       98 ans            12 rue de la Gare de Cuire
  • - Georgette BOUVIER                75 ans            27 quai Clémenceau

En Décembre 2019

  • - Marie-Eugénie Louise ROUSSEAU 95 ans EHPAD Le Manoir
  • - Yves MONTOY                                  82 ans   47 rue P. Brunier
  • - Jean-Louis CANTAU                        76 ans 540 chemin du Bois - Rillieux
  • - Odette BESSON                                 94 ans     3 chemin Fond Rose
  • - Michèle CADINOT                            95 ans EHPAD Le Manoir
  • - Maurice BERNARD                          97 ans     8 rue Lucien Maître
  • - Renée LARGERON                           88 ans    41 bis chemin Fond Rose
  • - Marie-Luce BADINAN                      73 ans   17 rue de Verdun

En Novembre 2019

  • - Thierry GENESTOUX 66 ans            89 rue P. Brunier
  • - Michèle MINARD       79 ans           18 bis rue P. Brunier

En Octobre 2019

  • - Alain BERTHOUX     73 ans           44 rue Pierre Brunier
  • - Yvonne THUILLIER  101 ans        51 rue Pierre Brunier

En Septembre 2019

  • -Albertine JOMON                   98 ans             14 chemin Plain Vallon
  • - Francine BOLLE                  79 ans             27 quai Clémenceau
  • - Monique GRANDO                    75 ans             41 chemin du Bois Roux
  • - Yvonne REVERSAT                  84 ans             Lyon 4ème
  • - Margaret CHIARTANO           68 ans             60 rue Pierre Brunier

En Août 2019

  • - Jeannine CHABERT                  95 ans             16 rue Duviard Lyon 4ème  
  • - Simone ARRIO                     92 ans             15 avenue de l’Espérance

En Juillet 2019

  • - Christian BOGNON                   84 ans   33 rue Pasteur Caluire
  • - Georges GIRERD-CHAMBAZ      96 ans   EHPAD La Rochette
  • - Roger BONAVENTURE                   92 ans   36 rue François Peissel
  • - Odette BAILLIF-RUTKOWSKI   98 ans   31 cours Aristide Briand
  • - Pietro DOLSO
  • - Agnès MONTOY                              53 ans
  • - Alain COTELLE                                64 ans   Marseille

En Mai 2019

  • Saede Bensaci, époux de Gabrielle Prevot et papa du petit Madani, décédé samedi 25 mai.

En Avril 2019

  • Maurice BERNALIN
  • Monique VIDAL
  • Michelle DEROCLES

En Mars 2019

  • Jean-François LARGER
  • Emilienne DUFRENAY
  • Suzanne TARIF

En Février 2019

  • Philippe MOUTERDE
  • Bénédicte SALANON
  • Jeannine LORENZANI
  • Louis Robert LOPEZ
  • Marguerite BLATTER
  • Christophe CANQUE

En Janvier 2019

  • Michelle SAVIGNON
  • Mireille MANCEAU
  • Marcel HUMBLOT
  • Jean-Louis GAUD
  • René ARRIO

En Décembre 2018 :

  • Alice GUILLAUD-LILAZ  
  • Josette ANDRÉ
  • Michelle BRUNAZ
  • Jean COIVOUX
  • Blanche BUCHE
  • Yvonne MAYET
  • Denise GIRARD
  • Aurélie DEMINGEON
  • Maurice DEMINGEON

En Octobre 2018 :

  • René LORENZANI
  • Salvatore COSCO

En Septembre 2018 :

  •  Rose COQUAZ
  • Germaine DUPIN
  • Thérèse MALLECOURT

En Août 2018 :

  • Roger BISCARAT
  • Joaquim CARDIA-LIMA

En Juillet 2018 :

  • Marcelle DUCHASSIN
  • Sauveur ASSANTE
  • Josette PACCAUD
  • M-Thérèse TISSERAND

En Juin 2018 :

  • Raymond LAFAY
  • Arlette AUDENIS
  • Madeleine SIMARD
  • Gabriel GAYAUD   

En Avril 2018 :

  • Jean CHARLES
  • Richard CHORON
  • Henriette ORIANI
  • Andrée FAWER
  • Victor CHARRIN

En Mars 2018 :

  • Jean-Pierre CHAPPAT
  • Pierre DURUPT
  • Gabriel MUTILLOD
  • René BLANC
  • Ginette DHEU
  • Claude HERMANN
  • Odette DAMOUR
  • Léon ANDRIEUX
  • Janine de FALETANS

En Janvier 2018 :

  • Maurice BROSSE
  • Edmond VINCENT
  • Edith RICHARD
  • Jean MALLECOURT
  • Luce ROUSSET
  • Christiane PERRIN
  • Michel TRIBOULET

En Décembre 2017 :

  • Marie-Louise FAGOT
  • Philippe RAVIER
  • Maurice DARVIER
  • Marie-Thérèse COTTAZ
  • Robert GAUTIER  
  • Marguerite VINCENT
  • Ghislaine RICHARD

En Octobre 2017 :

  • Marie-Hélène MOREAU
  • Maurice CHARTIER

En Septembre 2017 :

  • Simone BOREL
  • Henri MAUGÉ
  • Xavier VIRET

En Juin 2017 :

  • Robert JACQUET

En Mai 2017 :

  • Hélène BEOST
  • Blanche KARABOURNALIS
  • Gabriel COLAS-OVONO
  • Renée BOZZO
  • Nunziata GATANI

En Avril 2017 :

  • Germaine BISCARAT
  • Renée BEAUDUN
  • Alain BAILLOUD
  • Yvette ROUX

En Mars 2017 :

  • Esther LAVILETTA LABANCHI

En Février 2017 :

  • Marguerite JOUVENET
  • Régine BOICHON
  • Pierre SAVIGNON

En Janvier 2017 :

  • Marie-Jeanne SOUBITEZ
  • Geneviève DARPHIN
  • Noël LAVIGNE
  • Eliane PREVOST
  • Janine PICON
  • Georges DODIN
  • Marcelle NEVEU

 

En Décembre 2016 :

  • M-Madeleine BERGMANN
  • Arlette GALLET
  • Jean GRENIER
  • Marthe COMBY- COLLET

En Octobre 2016 :

  • Jacques GARCIN
  • Henri BRIA
  • Jean-Louis MAUPU
  • Marie-Rose PICOD
  • Georgette BROSSIER

En Septembre 2016 :

  • Jean-Paul SAUTHIER
  • Claude ROFFI
  • Yves BODOY
  • Antoinette MARCHISIO
  • Régis CACHARD et Jean CACHARD

En Juillet 2016 :

  • Henri ZIMMERMANN
  • Marjorie ZENDAOUI
  • Jean MICHEL
  • Denise DESCOURNUT
  • Léon CONDEVAUX
  • Jean Christophe GUYOT
  • André BAFFERT
  • Roland BOUVIER
  • Marguerite HUMBERT
  • Marcelle CORNU

En Mai 2016 :

  • Juliette BREVET
  • Raymonde ROLLAND

En Avril 2016 :

  • Colette BOUCLON
  • Jeanne CERVETTI
  • Thomasine LIGONNET
  • Pierre GONNET
  • Jean-Claude REY
  • Marie TETAZ
  • Andrée DESPERIER
  • Roger CHARLES
  • Denise FONTAINE

En Mars 2016 :

  • Guy CHAMPAGNON
  • Arlette BOURG
  • Pierre BONNARD
  • Marie-Madeleine GROS
  • Brigitte CAVILLE
  • Yvonne MIGNOT
  • Georgette GATTARY
  • Augustin PAYET
  • Jeanne CHARPENET

En Février 2016 : 

  • Geneviève ARNOULD
  • Jacques JOURNAULT
  • Etienne MONCEAU
  • Gisèle PERREZ
  • Christiane RIVOIRE
  • Victorine VERMOREL

En Janvier 2016 :

  • Mauricette VOLIN
  • Anna ALLEX-BILLAUD
  • Lucienne LONCAN
  • Louise PRIN           
  • Marguerite PEYRAMOND 
  • Jacques DELHORME
  • Adriana CORZANI

En Décembre 2015 :

  • Georges BORGIA
  • Michel VERGNAS
  • Robert DESCOMBES
  • Jean INSARDI
  • Philippe MAUGE
  • Gilbert PRAL

En Novembre 2015 :

  • M-Suzanne JACQUET
  • Chantal VIALLON
  • Colette BEAL
  • Romain GRAVINA
  • Robert SAUZAY
  • Gérard CARPENTIER
  • Fleurine MONCEAU

L'Abbé Paul COUTURIER, apôtre lyonnais de l'œcuménisme

Voici quatre-vingt-six ans, en janvier 1935, un prêtre lyonnais, membre de la Société des prêtres de Saint Irénée, professeur de sciences physiques au Collège des Chartreux à la Croix-Rousse, l'abbé Paul Couturier, lançait à Lyon, dans la chapelle des sœurs de l'Adoration Réparatrice de la rue Henri IV, la Semaine universelle de prière pour l'unité des chrétiens. Ainsi, ce prêtre effacé et austère, a apporté une contribution majeure à la dynamique de réconciliation des Eglises chrétiennes et est devenu (sans le savoir !) un précurseur du Concile Vatican II.

Paul Couturier est né à Lyon le 29 juillet 1881, au sein d'une famille pieuse de la bourgeoisie de cette ville (son grand-oncle est lui-même prêtre de la Société Saint Irénée). Il passe son enfance dans le quartier de la Guillotière, fait sa première communion en juin 1893 à l'église Saint Nizier, effectue ses études au Collège des Lazaristes, et se sent très rapidement appelé à la prêtrise. Il accomplit sa formation en ce sens au Séminaire diocésain Saint-Irénée, et est ordonné prêtre le 9 juin 1906. Alors que ce n'est pas son inclination, ses supérieurs lui demandent de préparer une licence de sciences physiques aux Facultés catholiques de Lyon, et il devient professeur de sciences au Collège des Chartreux. Il enseignera près de quarante ans dans cette institution !

En 1923, alors qu'il a 42 ans, il lui est demandé par l'archevêque de Lyon, le cardinal Maurin, de contribuer à l'accueil dans le diocèse des réfugiés russes qui ont fui la révolution bolchévique de 1917, en lien avec le Comité lyonnais d'assistance aux réfugiés russes créé par des pères jésuites à l'instigation du Saint Siège. Au contact de ces exilés, il découvre et se passionne pour la tradition orthodoxe. Mais c'est seulement après une retraite vécue l'été 1932 en Belgique chez les bénédictins d'Amay-sur-Meuse, que le désir d'œuvrer à la réconciliation des chrétiens séparés devient chez lui un impératif. Quelques mois après celle-ci, en janvier 1933, il organise à Lyon, à l'église Saint François de Sales, une première rencontre spirituelle œcuménique de trois jours. Dès lors, les initiatives vont s'enchaîner. En octobre 1934, il rencontre l'archevêque orthodoxe russe Euloge, métropolite chargé des exilés russe en Europe. En 1936, il impulse une rencontre spirituelle interconfessionnelle entre pasteurs protestants et prêtres catholiques, la première du genre, à Erlenbach, en Suisse alémanique. De cette rencontre naîtra le Groupe des Dombes, qui réunit toujours des théologiens-nes catholiques et protestants-es. En 1937 et 1938, il accomplit deux séjours en Angleterre, à la découverte de l'Eglise Anglicane. En 1939, il fait la connaissance du pasteur hollandais Willem Vissert's Hooft, qui sera un des fondateurs, en 1948, du Conseil Œcuménique des Eglises à Genève. A l'automne 1942, il rencontre à Lyon le pasteur helvétique Roger Schütz, qui est en voie de créer à Taizé, en Saône et Loire, dans le cadre du protestantisme, une communauté monastique. Cette même année, il lance un bulletin, « Pages Documentaires », qui deviendra plus tard la revue « Unité chrétienne ».

De pensée plutôt conservatrice à l'origine, l'abbé Paul Couturier est amené, par ses diverses rencontres, à devenir de plus en plus ouvert intellectuellement et humainement. Il a eu pour condisciple dans ses études l'abbé Laurent Rémillieux, le prophétique curé de la paroisse Notre Dame de Saint-Alban érigée en 1924 dans le quartier de Grange Blanche, notamment promoteur de l'amitié franco-allemande. Paul Couturier fréquente cette dynamique paroisse, terreau de nombreuses innovations et ouvertures, où l'on retrouve aussi l'abbé Jules Monchanin, pionnier du dialogue interreligieux. Paul Couturier est particulièrement soutenu, humainement, spirituellement et financièrement par l'industriel Victor Carlhian, membre du Sillon créé par Marc Sangnier. A cause de ses liens avec des Britanniques, il est arrêté en avril 1944 par la Gestapo et reste incarcéré deux mois au Fort Montluc. La grande intuition qu'il a eue, c'est que les chrétiens de toutes confessions devaient se réunir pour prier pour leur unité, et qu'il ne s'agissait pas que les catholiques prient pour la conversion au catholicisme des baptisés des autres Eglises.

L'abbé Paul Couturier meurt à Lyon le 24 mars 1953. Son œuvre va rayonner mondialement.

Calendrier

  • Consignes générales liées à la COVID : 

    • pas de regroupement en extérieur : à l’entrée et surtout en sortie de messes
    • masques obligatoires à l'extérieur ainsi que dans les églises
    • gel hydroalcoolique disponible à l'entrée des églises
    • dans la file de communion, conserver une distance avec les autres
    • sortir progressivement de l’église
    • respecter les consignes de distanciations physiques en vigueur : elles imposent une place assise pour chaque personne et un marquage pour indiquer quelles sont les places qui peuvent être occupées ou non.

    Concernant le placement dans chaque rangée : une distance de 1 siège minimum (ou équivalent) doit être laissée entre personnes seules, ou une personne seule et un groupe vivant ensemble (maximum 4) : couples, familles, personnes accompagnées. 

    Compte tenu de la règle des 30 % des places disponibles autorisées, chacune de nos églises peut accueillir jusqu'à 80 personnes.

    Durant tout le mois de janvier

     Les consignes COVID sont valables pour toutes les assemblées, jusqu'à nouvel ordre.Compte tenu de l'évolution possible de ces consignes, nous communiquerons aussitôt les nouvelles dispositions par voie d'affichage et messagerie (courriel, téléphone).

     Concernant les autres célébrations dans nos deux églises (baptêmes, mariages, funérailles...) les dispositions prévues sont celles recommandées par le Diocèse de Lyon.

    Bien entendu, à l'occasion de décès, un accompagnement sera possible au cimetière, s'il n'y a pas eu de célébration auparavant à l'église. 

    En cas d'urgence, envoyer un sms au 06 85 01 49 75

    Les permanences d'accueil à la Maison Paroissiale Saint Romain

    ont lieu aux jours et heures habituels :

    mardi et jeudi de 16h à 18h et samedi de 10h à 12h. 

    Semaine de prière pour l'Unité des Chrétiens 2021

    Chaque année, du 18 au 25 janvier, le principal temps fort œcuménique demeure la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens. Pour 2021, elle a été préparée par la Communauté monastique œcuménique de Grandchamp (Suisse).

  • A l'origine de la communauté (1931), les premières sœurs ont éprouvé la division entre les Eglises chrétiennes. Dans leur choix d’œuvrer à la réconciliation, elles ont été encouragées par leur amitié avec l'abbé Paul Couturier (1881-1953)1 considéré comme le père de l'œcuménisme spirituel et pionnier de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens.

    Elles ont adopté la règle des Frères de Taizé en 1952. Aujourd’hui, la communauté compte cinquante sœurs de différentes générations, traditions ecclésiales, pays et continents, et sont dans leur diversité une parabole vivante de communion : « Se rapprocher des autres, vivre en communauté avec d’autres personnes parfois très différentes de nous peut être difficile. » Les sœurs de Grandchamp connaissent ce défi mais l’enseignement du Frère Roger de Taizé leur est très utile : « Il n’y a pas d’amitié sans souffrance purificatrice. Il n’y a pas d’amour du prochain sans la croix. La croix seule donne de connaître l’insondable profondeur de l’amour.»

    Le thème choisi pour la Semaine de l'unité des chrétiens 2021 est : « Demeurez dans mon amour et vous porterez du fruit en abondance » basé sur le texte de Jean 15,1-17.

    La prière pour l’unité est une invitation à se tourner vers le Christ et à se rapprocher les uns des autres en se réjouissant de la richesse de notre diversité. 

    Pour le diocèse de Lyon : 

    Des rencontres quotidiennes ont été prévues du lundi 18 au dimanche 24 janvier 2021 (cf. détails du programme de la semaine sur le site : oecumenisme-lyon.com) avec, notamment : Dimanche 24 janvier :

    Église de l’Annonciation, 20 rue Laporte Lyon 9ème Métro D Gare de Vaise

    • 16h30 : conférence par Sandrine Canéri2 :

    "Saint Irénée de Lyon : un ancien si moderne ? "

    • 18h : célébration avec les membres du CREL

    (Comité des Responsables des Églises sur Lyon)

    En raison du couvre-feu et de la pandémie, le programme prévu peut être modifié.

    Des infos seront données sur le site oecumenisme-lyon.com et par RCF :  06 78 33 97 02. 

    Comme chaque année, l’Institution des Chartreux (où a été enseignant l’Inspirateur de la Semaine de l’Unité, le Père Paul Couturier) organise une célébration œcuménique.

    Elle est prévue le vendredi 22 janvier à 11h dans la Grande Chapelle de l'Institution des Chartreux, 58 rue Pierre Dupont, 69001 Lyon.

    NB : En raison de l'évolution de la situation sanitaire liée au Covid-19, la célébration pourrait être annulée. Pour information :  04 72 00 75 50. 

    Rappel : dans le cadre de la Semaine de prière pour l'Unité des Chrétiens, il était prévu...

    la conférence du Père Christian Delorme sur l'encyclique « Fratelli tutti » 

    En raison des restrictions sanitaires en vigueur liées à la "COVID",

    nous sommes dans l'obligation de vous informer qu'elle aura lieu ultérieurement

    et que la date sera précisée dans un prochain bulletin 

    Dimanche 24 janvier : « Dimanche de la Parole de Dieu »

    Le Pape François ayant institué en 2019 le Dimanche de la Parole de Dieu qui sera célébré le 3ème dimanche du Temps Ordinaire « car la Parole de Dieu possède ce "dynamisme… et ce potentiel que nous ne pouvons pas prévoir" et qui touchent le cœur des humains et leur fait découvrir l’amour miséricordieux de Dieu », la prochaine édition aura donc lieu le 24 janvier 2021.

    « Nous avons un besoin urgent de devenir familiers et intimes de la sainte Écriture. » Dans une note publiée récemment (samedi 19 décembre 2020) le cardinal Robert Sarah et Mgr Arthur Roche - respectivement préfet et secrétaire de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements - reviennent sur l’importance du Dimanche de la Parole de Dieu ; en même temps que d'appuyer sur «l’importance et la valeur de la sainte Écriture pour la vie chrétienne», ils demandent que la lecture de l’Évangile soit soulignée tout particulièrement.

    Outre l’Évangile, les autres lectures doivent elles aussi faire l’objet d’une attention particulière par ceux qui se chargent de les proclamer. Ils rappellent à cette occasion que l’ambon doit être réservé aux lectures liturgiques et qu’il est moins approprié d’y accéder pour les commentaires, les avis, la direction du chant. 

    Notre solidarité avec...

    L'Association « La Palmeraie-France » 

    Cette année, notre ensemble paroissial a voulu témoigner sa solidarité avec l'association

    « La Palmeraie-France » quitient àremercier chaleureusement tous ceux

    qui y ont contribué avec générosité lors des quêtes de Noël 2020.

    Le montant transmis à l'hôpital de Kangu (RDC) est 700 €. 

    En chemin...

    Dans la vie le pèlerin ne sait pas toujours où il va,

    mais le chemin, lui, le sait...

    Quand on ne sait plus d'où l'on vient ni où l'on va, quand l'encombrement des soucis est tel qu'il n'y a plus de place pour la respiration, celle de l'esprit et du cœur...

    Quand tant de choses se bousculent dans notre tête, qu'il est des jours où l'on ne sait plus donner aux gens et aux choses leur place, leur vraie place et qu'il n'y a plus que l'instant qui compte...

    A quoi, alors, correspond le chemin ?

    Cheminer c'est "se remettre en doute" : questionner le réel et notre comportement, garder l'esprit ouvert... Lorsque l'on entre dans cet état de veille, il arrive que des signes viennent nous guider. Ils prouvent que la Lumière est là...

    Que sera cette année 2021 ? Espérons qu’elle pourra assurer un chemin de paix si nous savons y mettre tout notre cœur et qu'elle pourra assurer la joie à tous si nous savons y mettre toute notre volonté. Mais une chose est certaine, ces vœux ne se réaliseront pas sans nous !

    « Apprends-nous Seigneur à Te donner Ta place.

    Alors peut-être saurons-nous qui nous sommes, où nous sommes et où nous allons. »

    « Heureux qui craint le Seigneur et marche selon Ses voies !» [Psaume 127 : 1

    L'équipe « En Marche » vous présente ses meilleurs vœux pour 2021 ! 

    Lettre d'information de l'Association

    "Vivre Dignement dans notre Métropole" 

    Chers amis, 

    En cette fin d’année particulièrement éprouvante pour nous tous, voici venue l’heure de vous donner quelques nouvelles du “40 quai Arloing”. 

    Décision de justice et perspectives d’avenir ?

    Fin octobre, en appel, la justice a supprimé le bénéfice de la trêve hivernale et demandé à ce que les lieux soient quittés au plus tard fin janvier 2021. Cependant, les perspectives sont moins sombres que cette décision de justice pourrait le laisser à penser. En effet, la nouvelle équipe de la Métropole de Lyon - en place depuis les dernières élections - a clairement manifesté son intention de trouver une solution de conventionnement pour ce site. Elle y voit l’opportunité d’innover et d’explorer un modèle "d’urbanisme transitoire”, à l’image de ce qui a déjà été expérimenté dans d’autres grandes villes (comme les « Grands Voisins » à Paris).

    Plusieurs réunions ont d’ores déjà eu lieu avec les habitants, leurs soutiens ainsi que diverses associations potentiellement partenaires dans ce conventionnement (dont l’ALPIL et VDM). Autrement dit, s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir et d’obstacles à franchir, un horizon motivant semble se profiler. Et un premier pas concret devrait être franchi tout début janvier, avec des premiers travaux de réhabilitation (électricité et plomberie) diligentés par la Métropole. 

    Quid des formations professionnelles ?

    Depuis le printemps, la situation sanitaire a évidemment impacté nos activités et nos projets, en particulier l’organisation de cours de français. Il a ainsi été impossible de pouvoir disposer d’un local, et encore moins d’y réunir un groupe d’élèves… De même, le projet engagé avec la SEPR (Société d’Enseignement Professionnel du Rhône) - qui vise à permettre à chacun.e de choisir la formation professionnelle la mieux adaptée à son profil - n’a pas encore pu être mis en œuvre. Là encore, nous espérons progresser dès les premiers mois de l’année 2021. 

    Au quotidien

    Pendant ce temps-là, la vie au ”40” suit son cours, sans préoccupations majeures. Malgré la pandémie, aucune alerte sanitaire n’est à signaler. L’approvisionnement alimentaire est géré par les habitants, les poubelles sont sorties et rentrées régulièrement. Une grande opération de nettoyage, menée grâce à divers soutiens, a permis l’évacuation de plusieurs bennes de gravats et encombrants. Demeurent néanmoins quelques zones d’ombres telles que la situation insalubre d’un logement en entresol due, notamment, à une fuite d’eau. La collaboration qui se dessine avec les services de la Métropole, avec les premiers travaux devant être engagés tout début janvier, permettra certainement d’y remédier. 

    Vie de notre association

    Il est à craindre que l’organisation de notre prochaine assemblée générale (qui devrait avoir lieu fin janvier ou début février prochain) soit, elle aussi, perturbée par cette même situation sanitaire. Nous essaierons de faire preuve de flexibilité et de créativité pour permettre à notre association de vivre le mieux possible ce moment important. 

    Dans l’immédiat, nous vous souhaitons à toutes et tous une bonne Nouvelle Année. Prenez bien soin de vous et de celles et ceux qui vous sont chers. 

    Olivier THOMAS, Président 

    Association Vivre Dignement dans notre Métropole

    N° d'enregistrement W691099459 (Préfecture du Rhône) - SIREN 847 857 679

    67 rue Pierre Brunier - 69300 Caluire et Cuire

    tel 06 83 07 24 55

     

    1 Voir ci-après page 8

    2 Orthodoxe, enseignante d’exégèse patristique à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris)

  • A notre amie Nicole RATIS,

    qui nous a quittés subitement le 11 décembre 2020, à l'âge de 90 ans... 

    La communauté paroissiale de Saint Romain, les très nombreuses personnes ami(e)s et connaissances l'ayant côtoyée à l'occasion de ses diverses activités et durant de nombreuses années, ne sont pas prêtes d'oublier sa disponibilité et son dévouement, quasi quotidien, et d'une grande rigueur.

    Toujours disponible à rendre service, sans ménagement, elle a toujours manifesté une grande générosité, prodiguant aide et soutien par ses visites auprès des personnes malades, etc. au nom de la communauté, ou à titre personnel. Sans compter sa présence amicale auprès des voisins de sa résidence et ses différents engagements.

    Elle n'aurait sans doute pas apprécié tant d'hommages de son vivant ! Mais nous aurons l'occasion de partager tous ces souvenirs positifs, avec ses proches et amis qui le pourront, au cours de la

    messe de quarantaine prévue en l'église Saint Romain, le samedi 16 janvier à 15h. 

    Henri Roth

     

 

 

 

 

 

Edito de Janvier 2021

Soyons des humains pleinement vivants et des acteurs du monde en devenir !

En ce début d'année 2021, après une année 2020 largement « covidée » (comme on pourrait dire « caviardée »...), la plupart des gens se sont souhaité « surtout une bonne santé ! ». C'est, bien entendu, ce que moi-même je désire pour les uns et les autres. Mais c'est la santé dans toutes ses dimensions qu'il me semble nécessaire de nous souhaiter ! Certes, la santé au sens d'intégrité physique, c'est-à-dire l'absence de maladies et de handicaps graves, mais aussi la santé en ce qui concerne notre état psychologique, en ce qui concerne ce qu'on appelle communément notre « moral », en ce qui concerne nos « états d'âme »... et donc la « santé de notre âme ». Un ami prêtre du Prado maintenant décédé, Jo Debard, interpellait souvent celles et ceux qu'il rencontrait en leur demandant : « Comment va ton âme ? ». Cela faisait sourire, mais n'était-ce pas, cependant, une pertinente question ? J'ajouterai (et ce n'est pas rien !) : à chacune et à chacun, à chaque famille, il faut souhaiter une réelle « santé économique », c'est-à-dire d'avoir de quoi vivre dignement, d'être épargné par le chômage, par l'absence de revenus et par le sentiment d'inutilité sociale. Epargné aussi – cela va de soi – par toutes les autres formes de violence qui peuvent surgir.

Bien entendu, nous ne pouvons que désirer, souhaiter, vouloir que 2021 nous soit davantage clémente que l'année qui vient de s'écouler. Trop d'entre nous ont souffert de l'isolement ! Trop d'entre nous ont vécu dans l'anxiété ! Trop d'entre nous ont été séparés de ceux qu'ils aiment ! Peu avant Noël une de nos amies paroissiennes qui a sa vieille maman en EHPAD, me disait : « Ah ! comme il me manque de pouvoir étreindre librement les miens et tous ceux que j'aime ». Par ces mots, elle traduisait bien l'inimaginable bouleversement que nous avons connu ces derniers mois : embrasser celles et ceux qu'on aime est devenu un problème, presque un interdit ! Nombre de petits-enfants n'ont plus le droit d'embrasser leurs grands-parents ! Les amoureux ne peuvent plus « se bécoter » sur les bancs publics ou ailleurs ! On ne peut plus se toucher les uns les autres, pas même se tenir la main ! Toute une partie de notre spontanéité, toute une part de notre affectivité sont ainsi mutilées !

Peut-être que les différents vaccins qui arrivent sur le marché ( il s'agit bien d'un « marché », c'est-à-dire d'une réalité qui génère du profit financier pour certains ) vont permettre que cette étrange Covid-19 aux multiples capacités de mutation soit maîtrisée... en attendant d'autres virus plus meurtriers que plusieurs milieux scientifiques nous annoncent (dont l'Organisation Mondiale de la Santé), en particulier en raison des déséquilibres écologiques provoqués par l'homme et du fait du réchauffement climatique. Mais, dans tous les cas, nous sommes en train de passer complètement dans un nouveau monde. Ce qui se produit en ce moment amène à de nouveaux fonctionnements, autant de nos comportements personnels que de la vie économique mondiale. Qui aurait imaginé, voici un an, que nous serions désormais obligés de vivre une large partie du temps avec un masque sur le visage ? Qui aurait cru, voici seulement douze mois que, en démocratie, le droit à la liberté de circulation, le droit à la liberté de se rassembler, le droit à la liberté de célébrer nos cultes, le droit de fêter le premier Jour de l'An, etc... pourraient être considérablement restreints ? Or cela est arrivé, avec, de surcroit (pour notre seul pays, car dans d'autres contrées du monde la situation est pire !), des dizaines de milliers de personnes âgées qui sont décédées dans la solitude à cause des mesures sanitaires préventives, des centaines de milliers d'emplois supprimés, des milliers d'entreprises en faillite, des millions de rencontres annulées, des scolarités abimées pour des millions d'enfants, des études compromises pour des centaines de milliers d'étudiants...

Nous sommes entrés dans une nouvelle ère civilisationnelle

Voici trois décennies déjà que nous sommes tous entrés dans « l'ère numérique », dans la « révolution numérique » (qui contient la « révolution informatique ») qui constitue une révolution au moins égale en importance à la « révolution industrielle » du XIXème siècle. Mais c'est maintenant que nous en expérimentons tous les effets. Ainsi comprenons-nous que, même en ayant la chance de vivre dans une société démocratique, nous sommes désormais « tracés » dans toutes nos activités, car nos téléphones portables, nos ordinateurs, nos GPS, nos cartes de crédit, nos passeports biométriques et la reconnaissance faciale aux frontières, etc... permettent à tout pouvoir économique, politique ou simplement administratif de tout savoir sur nous ! Tout est désormais enregistré dans d'immenses centres de stockage des informations : notre situation économique, notre santé, notre sexualité, nos préférences dans les différents domaines de la consommation, nos goûts littéraires, artistiques, sportifs, nos convictions religieuses comme politiques... etc, etc. Nous nous croyons plus libres que jamais car, en effet, nous bénéficions de beaucoup plus de libertés individuelles mais, en réalité, nous sommes beaucoup plus « sous contrôle », « sous surveillance » que ne l'ont jamais été auparavant ceux qui nous ont précédés dans l'histoire de l'humanité ! Désormais notre démocratie et notre économie ne seront plus comme avant. Nous n'allons plus travailler comme avant. Nous n'allons plus nous former comme avant. Nous n'allons plus nous informer et nous concerter comme avant. Nous n'allons plus voyager comme avant. Nous n'allons plus nous amuser comme avant. Nous n'allons plus célébrer comme avant. Peut-être même n'allons-nous plus aimer et prier comme avant ?! Notre monde devient autre. Nos sociétés deviennent autres. Et, sans doute, devenons-nous « autres » nous aussi ?!

Les bouleversements civilisationnels font partie de l'histoire de l'humanité. L'humanité du temps de Jésus de Nazareth n'était pas celle de Cro-Magnon ! Et la nôtre n’est pas celle de Henri IV ! Toutes les mutations civilisationnelles ont engendré des ruptures plus ou moins brutales, détruisant et construisant à la fois, créant du malheur en même temps que du bonheur, faisant mourir et faisant vivre... La révolution numérique, ainsi, nous a ouvert, à chacun d'entre nous, des possibilités gigantesques de nous informer et de communiquer de manières nouvelles et presque sans limite. Mais, en même temps, nous voilà non plus d'abord des citoyens pouvant croire en notre puissance démocratique de décider vraiment de notre destin, mais avant tout des sujets d'un monde globalisé dans lequel nous avons surtout le droit d'être des consommateurs complaisants, tous informatiquement « fichés » par des ordinateurs à la puissance phénoménale.

Voudrions-nous revenir « en arrière » ? Cela s'avèrerait impossible ! Dès lors, comment rester des êtres pleinement humains, pouvant sauvegarder notre dignité, notre liberté, notre créativité et notre part de maîtrise des évolutions du monde ? Le défi est immense. Nous n'avons pas d'autre véritable choix que celui d'habiter notre monde, penser pouvoir rester en marge de celui-ci constituant un leurre. Il nous faut apprendre à vivre avec toutes ces évolutions qui viennent de bien plus loin que nous, en manifestant sans cesse notre volonté et notre capacité à être toujours des humains pleinement vivants. Il nous faut savoir nous associer avec d'autres pour faire valoir notre inaliénable dignité, notre droit à être libres et créatifs. Soyons acteurs du monde en devenir, et non pas des marionnettes aux mains de tireurs de ficelles insaisissables. C'est certainement une des missions qui reviennent à l'Eglise du Christ. C'est certainement notre mission de chrétiens.

Christian Delorme