Edito de Janvier 2020

Ordre du jour pour la nouvelle décennie

Rendre grâce en chaque instant pour la vie reçue, pour la vie donnée.

Se souvenir de ses aïeux sans lesquels nous ne serions pas là.

Avoir de la gratitude pour les hommes (femmes) du passé

qui nous ont permis de bénéficier de la culture, de la liberté, de la paix, de la démocratie.

Continuer à dialoguer intérieurement, amoureusement, avec ses parents défunts.

Dire sans tarder à ceux qu'on aime qu'on les aime.

Avoir le souci de transmettre aux nouvelles générations tout ce que l'on a acquis.

Chercher la présence de Dieu, parler à Celui-ci.

Ne pas craindre de L'interpeller vigoureusement.

Se réjouir de Sa Miséricorde.

Respecter ceux qui Le prient et ceux qui ne Le prient pas,

quel que soit le nom qu'ils Lui donnent et la manière dont ils Le conçoivent…

Aimer le Christ Jésus, pas seulement comme on aime une idée

mais comme on aime un ami qui ne se dérobe jamais.

Être fier(e) d'être un homme (une femme),

membre d'une humanité où chacun(e) est unique.

Se tenir toujours debout, même quand on est couché.

Rester digne quoi qu'il arrive.

Ne pas se plaindre car il y a toujours beaucoup plus malheureux que soi.

Accepter et bénir ses blessures, ses faiblesses.

Connaître ses qualités et rester humble.

Ne jamais se détester et ne jamais détester autrui : cela va ensemble.

Ne pas imposer aux autres ce que l'on ne veut pas qu'ils vous imposent.

Faire preuve de bienveillance envers tous les êtres, hommes et bêtes.

Se pardonner et demander pardon.

Se montrer indulgent à l'égard des autres en toutes circonstances.

S'émerveiller devant tout visage humain, toute culture humaine.

Aimer chez l'autre autant ce qui diffère que ce qui me ressemble.

Refuser et combattre les idéologies de haine.

Dénoncer les discriminations et les racismes de toutes sortes.

Tisser des liens, construire des ponts.

Être artisan de paix.

Rester toujours curieux des choses de la vie.

Vouloir encore apprendre, même quand la mémoire semble ne plus vouloir retenir.

Continuer à rêver d'amour, de Paradis, de voyages...

Danser, chanter sa vie...

En faire une œuvre d'art, un poème, une prière.

Christian Delorme

What do you want to do ?
New mail

Edito de Décembre 2019

 

La nuit, le froid, la faim, la saleté, la solitude et la peur...

Dans quelques jours, la nuit du 24 au 25 décembre, nous chanterons avec raison et avec une joie profonde dans le cœur : « Douce nuit, sainte nuit... ». Au moment du solstice d'hiver, avec devant nous la figuration de l'enfant Jésus naissant dans une humble demeure, nous célèbrerons l'annonce que le temps des nuits les plus noires va céder progressivement le pas à la victoire du jour. Dans l'enfant de la crèche, déjà nous verrons le Ressuscité ; dans la mangeoire ou le berceau, nous contemplerons l'anticipation du tombeau ouvert... D'une certaine manière, nous pourrons nous écrier : « Nuit, où est ta victoire ? ».

En lire plus

Jubilé Père Christian DELORME 40 ans de sacerdoce

 

 

 

 

20180422 104359 018"Pour ma part, j'ai été particulièrement sensible à la ferveur communautaire, chantante et priante de l'office dominical : certains silences étaient d'une intensité profonde.

Cette journée m'a paru tout à fait en écho avec la parabole du Bon Pasteur que l'Évangile du jour nous proposait. Fasse que nos prières pour la Journée Mondiale des vocations soient exaucées.

Ce fut un joli moment de fraternité, une belle messe concélébrée par le Père Jean Peycelon, l’ami fidèle, entouré également d’anciens paroissiens qui, comme nous, sont sensibles à la délicatesse du Père Christian envers toutes les sensibilités et pendant laquelle, humblement, il s’est défendu « d’être notre pasteur » « car il n’y a qu’un seul Pasteur : le Christ.»

Après avoir levé le verre de l’amitié suite à la lecture d’un court discours bien senti, nous nous sommes régalés d’un buffet préparé par les paroissiens. Chacun a eu droit à une petite attention, une note d’humour, ou un geste affectueux du père Christian qui s’est prêté avec sourire et simplicité aux photos, au moment du gâteau d’anniversaire.

20180422 11184420180422 111832

 

 

 

 

 

 

 

20180422 111853 20180422 111903

 

 

 

 

 

 

20180422 11195920180422 111940

 

 

 

 

 

 

 

20180422 11210520180422 112019

Edito de Juillet-Août 2018

Ce temps, Seigneur, je veux le vivre avec toi !

Voici le moment que l'on dit des « vacances »,

celui des congés payés et des écoles qui restent fermées.

Peut-être partirai-je me reposer ailleurs,

ou peut-être, au contraire, resterai-je chez moi ?

Dans tous les cas, Seigneur, ce temps je veux le vivre avec toi !

 

J'ai trop couru cette année. Je me suis trop battu avec le temps.

En bien des instants, j'ai eu conscience de ne plus m'appartenir,

et de n'appartenir finalement à personne.

Je me suis senti souvent « mangé », « dévoré », mais rarement librement donné.

Seigneur ! aide-moi à me retrouver, et à te retrouver par la même occasion!

 

Il est beau le monde que tu as créé, ô Mon Dieu !

Je veux pouvoir m'arrêter pour mieux le contempler.

Je veux écouter chanter les oiseaux et me rassasier du spectacle des fleurs.

Je veux pouvoir boire l'eau des sources, et laisser la brise du soir me caresser le visage.

Lire les signes de ta présence, Seigneur, dans tout ce qui vit !

 

Nul besoin, pour cela, de parcourir beaucoup de kilomètres, même si ce n'est pas interdit.

Point de nécessité de dépenser beaucoup d'argent, surtout si mes ressources sont modestes.

Aucune obligation à rechercher les lieux les plus huppés et les plus renommés.

Pas d'injonction à faire la course aux activités.

Simplement pouvoir me poser, Seigneur, et prendre refuge en toi !

 

Entrer dans une église, juste pour pouvoir te dire que je t'aime.

Au pied de l'autel, déposer mes fardeaux.

Dans le silence, t'entendre me parler.

Dans la pénombre, laisser mon cœur s'ouvrir aux intentions du monde.

Accueillir simplement ta Paix, ta Force, ta Joie, Seigneur !

 

Dormir, dormir, en rêvant de toi.

Ne rien faire, comme toi au septième jour de la Création.

Ou bien prendre le temps de visiter et celui de recevoir.

Partager le pain de l'amitié et les rires des bienheureux.

Être vraiment en vacances, Seigneur, mais avec toi !

                                                                                                                      Christian Delorme