A+ A A-

Edito de Mars 2015

Car-aime !

Coup de téléphone inattendu au presbytère. Un monsieur à la voix encore jeune me pose la question : « Comment dois-je faire le Carême ?». Il appelle de Paris. Il est tombé sur le site internet de notre ensemble paroissial manifestement par hasard et il a pris le risque de composer le numéro indiqué. De toute évidence, il n’a pas eu d’enseignement chrétien. Il a été baptisé bébé : un point c’est tout. Et voilà qu’il ressent le besoin de s’inscrire concrètement dans le peuple de ceux qui font référence à Jésus-Christ.

 Comme beaucoup aujourd’hui, la présence de plus en plus visible de l’islam l’interroge sur ce qu’il est et veut être. Ce qu’il cherche, ce n’est pas un discours théologique, le « pourquoi » du Carême. Il veut savoir tout simplement « comment on fait ». C’est la « pratique » et non la « théorie » qui l’intéresse. Ce qui le préoccupe, c’est ce qu’il peut ou non manger, les efforts qu’il doit accomplir… Au moins a-t-il compris que c’est en pratiquant qu’on montre qu’on est croyant, voire qu’on devient croyant ! Il m’a fallu dire l’essentiel en dix minutes. Rappeler que, pour vivre de la Présence de Dieu et l’amitié avec Jésus-Christ, il convient de se nourrir de la Parole transmise par les Ecritures. « Lisez sur Internet l’Evangile de Marc (le plus simple, le plus accessible) et prenez le temps de le méditer durant les prochaines six semaines », lui ai-je conseillé. « Et puis, ai-je poursuivi, essayez de penser moins à vous-même et davantage aux autres, surtout aux plus pauvres que vous. Mangez moins, dépensez moins pour votre confort, et donnez davantage. Pensez à la sonorité du mot « Carême » : on y entend « Car aime ! ». L’important, en effet, dans le christianisme c’est l’amour vrai, l’amour gratuit ». Il m’a remercié chaleureusement, apparemment satisfait. Je lui ai encore indiqué des sites Internet qui ont le souci d’accompagner les fidèles durant ce temps prévu pour nous faire progresser, jusqu’à la célébration de la Pâque du Christ.

Peu de jours avant cet appel, j’avais rencontré un groupe de lycéens d’un lycée privé non-confessionnel de Lyon. Parmi eux plusieurs musulman(e)s et quelques chrétien(ne)s eux aussi sans formation religieuse. Ils venaient me questionner pour faire un article dans leur journal d’établissement. « Vous pouvez nous résumer la foi chrétienne en deux ou trois phrases ? » m’ont-ils demandé. J’ai essayé. «  Pour les chrétiens, leur ai-je dit, Dieu est venu partager la vie des hommes à travers la personne historique de Jésus de Nazareth. Celui-ci a témoigné d’un immense amour pour tous les hommes qu’il rencontrait. Il a guéri des malades, relevé des handicapés, pardonné les péchés car il était tout rempli de la Puissance créatrice et aimante de Dieu. A cause de la violence du monde, il a été crucifié, mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts. Il est vivant pour toujours et veut nous entraîner avec lui dans l’éternité de l’Amour de Dieu. Etre chrétien, c’est faire confiance dans sa Parole et s’est vivre en voulant l’imiter ».

Christian Delorme